Glaz

Nikonos V & Kodak Portra 400

Glaz, c’est une couleur qui n’existe pas en français. Glaz, c’est le bleu de la mer. Glaz, c’est un mélange de bleu, de vert et de gris. Glaz, c’est une couleur qui est …

🌊 series ✧ 18 janvier 2021

Premier janvier 2021

le Nikonos au lever de soleil

moi

On a commencé l’année d’une belle manière avec Grégory. Rendez-vous 8h au Dossen qu’on s’était dit. On ressort la combi 5/4 qui n’a pas encore eu le temps de bien servir avec le confinement. Première Dawn Patrol pour moi, première nage avec des palmes, premier roll au Nikonos V. C’était une Portra 400, de chez Kodak. Comme si il fallait vraiment le préciser. On verra si j’ai réussi quoi que ce soit. Il fallait le tester, je ne savais même pas si il tiendrait le coup dans l’eau. La pellicule en est resortie intacte et non humide

Il faut plusieurs fois du courage pour un si beau moment. D’abord pour sortir du lit dans l’air frais de 6h30. Comme d’hab, quand je dois me lever tôt, une nuit étrange a précédé le lever. Je me suis réveillé à 2, 3 puis 4h. De multiples réveils qui sont du à la peur de rater le réveil. J’ai bien fait d’ailleurs je l’avais réglé pour le lendemain. Ensuite, quand tu dois enfiler ta combi et que la température ressentie est sans doute négative ou pas loin. J’avais déjà froid dans ma parka. Mes doigts étaient déjà engourdis alors que je n’avais pas encore touché l’eau. Mais il faut se changer, on le fait vite. Je tente la cagoule que Greg m’a passé, mais elle essayera de me faire vomir. Tant pis, elle restera au sec. Bien fait pour elle. Une fois enfilée, on se sent bien.

S’asseoir au bord de l’eau, enfiler les palmes, marcher à reculons vers son destin. On voit le ciel sortir doucement de la pénombre. Le soleil sort lentement de derrière un gros nuage de pluie au loin. On y va. Cette sensation de l’eau fraîche qui vous gèle la tête, ice cream headache. Avec une cagoule ça irait sans doute mieux. C’est pas ma faute si ma tête est grosse. Les vagues sont petites et j’ai pied. Cela m’aide pas mal à continuer à combattre ma crainte de l’eau. Une sorte de thérapie par le choc, mais petit le choc. J’essaye de faire comme si je n’avais pas pied pour m’entraîner et m’habituer aux palmes. Pas simple mais bon, on s’amméliore. C’est vraiment ennivrant de sentir les vagues passer et essayer de les capturer. Je n’ai que 36 essais. Je me relaxe et me concentre. Je suis bien dans cette combi qui m’aide à flotter et ne pas me les geler. Je me sens de plus en plus à l’aise en voyant la pellicule défiler. Le froid ne me gène même plus tant que ça au cerveau. Sauf quand j’essaye de plonger un peu.

moi

Clairement, un moment que j’attendais depuis un bon bout de temps. Quoi de plus beau que le premier lever de soleil de l’année pour combattre une crainte et se faire plaisir. 2021, tu es prometteuse dès les premières lueurs. On n’a pas nagé plus de 300 mètres, j’avais toujours pied mais c’était réelement magique pour moi. Cette connection à la mer, cette nouvelle tradition de la baignade du premier. Vraiment, l’eau salée est ma meilleure drogue. Merci à l’océan et Grégory pour cette agréable première dawn patrol

Ah oui, j’oubliais, il faut encore une fois du courage. Quand tu enlèves ta combi, que tu as la peau humide et que l’air est toujours sous zéro. J’avais prévu un coup de boost, un thermo de café bien chaud m’attendait. Le poncho aussi était indispensable à ce moment-là.

Pour le résultat du Nikonos, faudra attendre encore un peu. Je viens d’envoyer le film à développer. L’attente est dure mais vaudra je l’espère le coup. Le début d’une belle série.

Ce post est extrait de mon journal papier & les photos sont de Grégory

🌊 analog ✧ 1 janvier 2021

On revient sur 2020

Port du masque requis

2020, quelle année! J’ai commencé une rétro un peu dans ma petite lettre #7. Chaque année, j’aime revenir sur mon année, que ce soit ici ou dans un carnet. Puis revenir sur mon année en photos pour en faire un joli bouquin pour la bibliothèque. Cette année est assez particulière, il faut bien l’avouer.

ios de nouvel an
ios de nouvel an

Elle a commencé par une petite baignade du 1er janvier avec des amis. Elle a aussi commencé sans mon fidèle compagnon de début d’année qui était en réparation. Donc j’ai passé un début d’année sans appareil numérique. Elle a d’ailleurs surtout commencée par un mois de disette numérique, ce qui veut dire que mon téléphone était principalement un appareil photo. Ce changement assurera le rythme de l’année, une année plus calme, proche de la terre et ralentie. Beaucoup de questions, quelques réponses. Un autre gros changement aussi juste avant la naissance de Louise, j’ai enfin réussi mon permis de conduire, tut tut.

Rencontre et confinement

pied louise

Le mois de mars sera pour beaucoup le mois du confinement. Nous, c’était un mois magique. On sort de la maternité le 2 mars et l’on se retrouve vite confiné à 4. On a de la chance, notre maison a un beau jardin comme vous l’avez sans doute déjà vu. On y passera pas mal de temps. On fera des tours de jardin en poussette pour faire dormir Louise et profiter du soleil. On installe enfin une serre sur le terrain et on se laisse vivre. On essayera de planter avec Tom, mais c’est surtout ce que Cloé plantera qui réussira. J’ai eu la chance d’avoir un congé paternité de 4 mois sur l’année. Tom reçoit ses leçons par e-mail et on a des jeux et défis à réaliser.

Un été en van

On profitera du déconfinement pour échanger le California pour un fourgon un peu plus gros, Merci les Mignard! On le rodera en partant vers les Vosges. Elles deviendront un running gag quotidien. On s’avance vers elles mais on ne les rejoindra jamais. On se balade en Champagne au final. C’est bien aussi, le Lac du Der est une chouette découverte, on dort à côté des caves et on remplit le coffre. On ira même voir le village de ce bon vieux général de Gaulle. On ne montera pas voir la croix de Lorraine. Car il faut payer pour se balader à ses pieds, la nature à assez à offrir sans cela. On adore ce nouveau van, on est plus à l’aise tous les 4 avec le chien dedans. On rentre en passant par la Loire, encore une histoire de vin. Un bon Bourgueil bio qu’on a déjà liquidé. On revient en bord de mer, elle nous a manqué. On se rend compte que ce Finistère, on l’a bien adopté. Il nous gagne et on l’adore. On aura la visite de la famille et de quelques amis sur l’été. On partagera notre amour de notre nouveau chez nous avec eux. Cela ne fait que renforcer cette connection avec cette Finis terra.

la mer

Homme libre toujours tu cheriras la mer

En juin, avec Tom on commence le surf. Finalement! On adore, un vrai moment père fils. Même si en fait, on ne se voit quasi pas durant les leçons. L’été passe trop vite, pas le temps de prendre une leçon. On reprendra à l’automne. On est pas encore reconfiné alors on en profite. Chaque week-end, à l’eau. On progresse, je tiens debout, je commence à tourner. JB et Jean-Phi de l'école de surf du Léon y sont pour beaucoup, merci les gars. Je m’entraîne à mieux me lever, je lis, je regarde. J’ai une planche en vue. Deux combis. Je craque pour un Nikonos. Je demande de l’aide à Greg et Yves pour me sentir plus à l’aise dans l’eau. Hâte de reprendre tout cela où je l’ai laissé. La mer est vraiment ma révélation du Finistère et de l’année. Une amie plutôt salée que j’aime voir et revoir.

surf

Fin du numérique

Avoir été sans le X-T3 au début d’année m’a fait beaucoup me questionner sur son utilité. Je ne suis après tout pas un photographe professionnel et je fais ceci pour le plaisir. Et l’argentique m’amène le plus de plaisir. Cette année aura été l’année du retour à l’argentique. J’ai investi dans un beau Leica M6 et un Olympus XA qui sont devenu mes compagnons de tous les jours. Essais de différents labos, sortir le scanner, puis le revendre. Un projet de scans à la maison en court d’aboutissement. On peaufine le tout sur l’année. Quel plaisir de revenir à mes premiers amours en photo. Cela va bien avec mon envie de ralentir, d’être plus intentionnel.

Début du projet

Si on a bougé dans le Finistère, c’est aussi parce qu’on avait un projet. Ce projet de changement de vie se peaufine petit à petit. La seconde moitié de 2020 a été le moment où tout est devenu réel. Nous sommes passés devant le notaire pour l’achat d’un terrain d’un hectare qui pourra accueillir nos deux projets. Un projet d’éco cabane et de ferme de fleurs dans les monts d’Arrée. On vous en dira plus l’an prochain. Mais vous pouvez déjà suivre le compte instagram de Ty Lucie.

potager
potager

Ensuite

En gros, 2020 a planté plein de graines que nous récolterons en 2021 et au delà. J’ai hâte. Plein de petits projets en tête. Des projets photo, des projets Bretons, des projets d’écriture. Le besoin de retourner à l’océan et cette connection à la terre ne font que s’intensifier. Comme le disait Greg dans sa rétro, 2020 nous a permis petit à petit de devenir de meilleurs êtres humains chaque jour. On adapte notre consommation, on agit localement comme on le peut et on aligne nos paroles et nos actes. Au final, bien qu’elle fut chaotique de tous les côtés, on a réussi à en tirer le meilleur et la rendre belle malgré tout.

On se revoit l’an prochain les amis, prenez soin de vous durant ces vacances et profitez de vos proches en faisant attention!

😷 life ✧ 21 décembre 2020

Apprendre encore et toujours

Photo argentique et storytelling

Cette année, j’avais pour but de renforcer mes connaissances en photo. J’en fais depuis un moment déjà, mais comme partout, l’apprentissage est infini. Je me suis dit que cela vous serait utile aussi et donc j’ai décidé de partager quelques sources utilisées cette année pour en savoir plus. Mon apprentissage s’est axé sur deux sujets. Mieux raconter des histoires en image et mieux maîtriser l’argentique. Il n’y aura donc pas de suggestions sur la compréhension basique de la photo.

Le livre de Finn

the photography storytelling workshop

J’avais regardé son workshop chez Wildist et en plus d’être un fabuleux photographe et être humain, c’est aussi un super prof. Il a sorti un livre pour nous aider à améliorer nos photos, il est disponible sur Amazon. J’aurais préféré le trouver ailleurs que sur ce monstre mais bon, le livre vaut vraiment la peine. Il est un condensé de ses années de shoot. Il me permet de m’améliorer. Sur le flow du pitch, prepare, shoot, edit et deliver, il nous aide à ne pas se bloquer. Chaude recommandation!

Workshop photo de Joe Greer

joe

Je suis en train de regarder le workshop Storytelling de Joe Greer produit par Moment. Ce n’est pas un workshop technique, mais on suit Joe dans un road trip et il explique son approche de la photo, sa façon de raconter des histoires en photos. Si vous ne connaissez pas Joe Greer, Il vit aux Etats-Unis, shoote principalement à l’argentique. Il est une des raisons pour lesquelles je voulais tant un Leica. Beaucoup d’autres raisons aussi j’avoue. Je le suis depuis un moment et c’est juste fabuleux. Son Instagram est une vraie mine. Sa façon de shooter la vie quotidienne est vraiment super inspirante. Je vous conseille ce workshop! Enfin, je me répète. Je ne vois pas pourquoi je mettrais une recommandation que je ne recommende pas.

Workshop de Willem Verbeeck

willem

Enfin, un workshop technique sur l’argentique. Son workshop nous vient aussi de Moment et j’ai dévoré celui-ci. Il nous parle de tout pour parfaire nos photos argentiques. Cela va de la lecture de la lumière jusqu’aux tests de multiples pellicules en passant par son flow d’édition. Un workshop bien tassé avec des scènes magiques de nuit. Si vous ne suivez pas Willem je vous le conseille. Sa chaîne Youtube est une vraie mine d’or pour les fans d’argentique. J’ai beaucoup aimé son comparatif de sur et sous exposition de ses films favoris. Vraiment un workshop à voir!

Voilà, c’est tout pour cette fois. Trois recommendations, une purement sur le storytelling, un mix et une pure sur la technique argentique. De quoi vous satisfaire tous. En photo, comme partout, il n’y a pas de destination, juste un voyage. Nous sommes faits pour apprendre toute notre vie qu’on le veuille ou non. Donc autant le vouloir!

Ce post contient des liens sponsorisés.

📷 life ✧ 11 décembre 2020

Bonjour Olympus XA

Petit mais costaud

olympus XA

Nous sommes en 2020, Macron compare les gens qui ne veulent pas de la 5G aux Amishs et moi, c’est fait, j’ai revendu tout mon matos numérique. Quel lien entre moi et les Amishs? Aucune idée mais ça faisait une intro un rien connectée à une actualité déconnectée. C’est une année assez étrange. Mais c’est l’année où j’ai décider d’abandonner mon matos photo numérique.

Depuis quelques mois, ce petit Olympus XA m’accompagne quasi partout. Il a vu passer les films cet été et tient bien dans ma poche. C’est un mini rangefinder et non un point and shoot comme sa taille pourrait vous le faire croire. Il est polyvalent avec son ouverture à 2.8 sur son 35mm. Il est mignon et plus petit que mon iPhone. Il ne demande que deux piles et les consomme lentement. Il date de la fin des années 70 mais ne fait pas son âge. En gros, ce petit appareil avec priorité à tout pour plaire.

tom xa

Un de ses seuls points négatifs à mon goût, c’est le déclencheur qui me fait penser au touchpad d’un macbook à plat. Pas de bruit, pas de détente. Il faut écouter le bruit qui est plutôt léger lui aussi. Mais on s’y habitue vite quand même. J’ai eu du mal à le trouver aussi au début.

Attention, si celui-ci vous intéresse, Olympus en a sorti quelques uns dont le nom porte à confusion. Du XA au XA4… en passant par le XA1. Vous auriez pu commencer par le XA0 mes amis. Ils ont tous d’autres qualités mais j’apprécie le côté rustique du XA0. Dans sa simplicité, il a un petit côté quasi indestructible. Il est tombé plusieurs fois et un ressort a fini par sauter. Parfois, la cellule se referme avant que je ne fasse la photo et je dois refermer et réouvrir complètement pour fixer le tout. Encore heureux, c’est simple. Je me dis que le démonter et remonter ne dois pas être trop compliqué. Je n’aurais jamais osé avec un numérique.

beach xa

Je ne suis pas le seul à apprécier cet appareil, Matt Day a une super review sur youtube de l’appareil que je vous conseille. Il a sur son instagram pas mal de photos au XA aussi, mais bon faut chercher, il mixe de tout. Vous pouvez toujours regarder #olympusxa. Si vous voulez un review un rien plus technique, allez chez Ken Rockwell. Ou un plus bel exemple sur le terrain à la réunion chez carnets de traverse.

mattday
Click to watch on Youtube

C’est à mes yeux un super compagnon de voyages mais aussi de la vie de tous les jours. Parfait appareil pour documenter sa vie et nos petits moments, j’en suis pleinement satisfait. Il se fait oublier tant dans la poche que lors de la prise de vue. Ce petit format est un véritable atout pour le peut de place qu’il prend dans mon sac à dos de voyage. Parfait si vous voulez garder la main sur les réglages mais avoir la taille d’un point and shoot. Mon premier coup de coeur photo de l’année. J’en ai eu d’autres dont je vous parlerai plus tard.

beach xa

Et vous, c’est quoi votre petit coup de coeur photo de l’année? Quel est votre appareil de tous les jours? Racontez moi tout sur Twitter.

📸 analog ✧ 13 novembre 2020

Ma petite lettre